dimanche 25 janvier 2015

Serge Gainsbourg - La recette de l'amour fou

Le génie de Serge Gainsbourg ne fait aucun doute et il est toujours agréable de ressusciter certaines pépites datant du début de sa carrière.
"La recette de l'amour fou" nous met en appétit tel un bon petit sauté de bœuf aux épices et inutile d'attendre ce bon vieux Saint Valentin pour évoquer la chose.
D'ailleurs, chacun peut trouver sa propre recette de l'amour fou. 
Nous vous laissons explorer vos talents et n'hésitez pas à nous en faire part!





Dans un boudoir introduisez un cœur bien tendre
Sur canapé laissez s'asseoir et se détendre
Versez une larme de Porto
Et puis mettez-vous au piano
Jouez Chopin
Avec dédain
Égrenez vos accords
Et s'il s'endort
Alors là, jetez-le dehors
Le second soir faites revenir ce cœur bien tendre
Faites mijoter trois bons quarts d'heure à vous attendre
Et s'il n'est pas encore parti
Soyez-en sûr c'est qu'il est cuit
Sans vous trahir
Laissez frémir
Faites attendre encore
Et s'il s'endort
Alors là, jetez-le dehors
Le lendemain il ne tient qu'à vous d'être tendre
Tamisez toutes les lumières et sans attendre
Jouez la farce du grand amour
Dites, "Jamais", dites, "Toujours"
Et consommez
Sur canapé
Mais après les transports
Ah! S'il s'endort
Alors là, foutez-le dehors

La Recette de l'amour fou, EP L'Ombre sous la mer, 02/1958


 
 

dimanche 4 janvier 2015

Henry Cording - Rock and roll mops

En ce dimanche presque printanier, c'est un texte du talentueux Boris Vian que nous vous proposons de savourer.
Au delà de l'aspect humoristique de la chanson, Vian, Legrand et Cording (nom "Rock'n'Roll" parodique emprunté par Henri Salvador) signent ici un des premiers Rock'n'roll français. Ils seront les précurseurs du rock dans l'Hexagone, étonnés d'ailleurs du succès de ce nouveau genre venu des Etats-Unis et qu'ils s'amusent à parodier.
Nos panses n'ont pas encore eu le temps d'assimiler les gargantuesques repas de fin d'année mais ce n'est pas pour autant que nous allons nous priver des propositions douteuses de notre cher Boris. 
A vos fourchettes virtuelles et à vos estomacs solides!


Interprète: Henry Cording (alias Henri Salvador)
Auteur: Boris Vian
Compositeur: Michel Legrand


 

Je l'ai séduite en un instant
Grâce à la lueur que j'ai dans l'oeil
Elle est tombée comme une feuille
Dans mes grands bras d'Orang-Outan

On s'est aimés comme des dieux
Aznavour en serait resté bleu
Le phono jouait dans un coin
Des airs de jazz qui swinguaient bien
Mais à la fin j'avais si faim
Que j'ai appelé le bar du coin:

Allô Dupont
Montez-moi donc
De quoi manger,
Sinon je vais crever
Et qu'est ce qu'il faut vous apporter?
Apportez-moi sans hésiter:

Rock and roll-mops
Avec du pain beurré,
Rock and roll-mops
Et du bifteck haché,

Rock and roll-mops
Avec un oeuf à cheval,
Rock and roll-mops
Je me sens cannibale.

Des escalopes de kangourou
Du sauciflard de sapajou
Du foie de lion aux salsifis
D'la tête au lard aux fruits confits

Et dans un plat
Rien que pour moi
Bien préparé
Pas trop assaisonné

Rock and roll-mops
Ca m'a réconforté,
Rock and roll-mops
Je suis plein à craquer,
Rock and roll-mops
Ma force est décuplée,
Rock and roll-mops
On va retourner s'coucher

dimanche 14 décembre 2014

Hubert Félix Thiéfaine


Bon ok, il ne neige pas encore, il ne fait pas -20 mais les bons ptis plats bien lourds de l'hiver sont les bienvenus.
Nous n'avons pas encore trouvé de chanson sur la tartiflette mais on ne pouvait pas passer à côté d'un grand classique de Thiéfaine, "La cancoillotte".
Pendant que les raclettes et autres fondues savoyardes sont les reines de l'hiver, ce plat de tradition franc-comtoise, oublié des repas festifs et conviviaux, mérite qu'on lui redore le blason.
Alors merci Hubert, merci la Franche-comté et merci les vaches!





Les Bretons ont des chapeaux ronds
Les Parisiens ont le Panthéon
Les Occitans ont Fos-sur-Mer
Et les Lorrains Servan-Schreiber
Les Alsaciennes font des biscuits
Que l'on trouve aussi à Paris
A ces gens là on dit caca
Car ils n'ont pas ce que l'on a

La cancan cancoillotte
C'est un mets bien franc-comtois
Tout en dansant la gavotte
On se beurre la gueule à l'arbois
La cancan cancoillotte
Ce n'est pas pour ces François
Quand ils viennent avec leurs bottes
On leur dit nenni ma foi

Mon gars tu prends le méton
Que tu verses dans le caquelon
Avec de l'ail, avec du beurre
Avec ton manche, avec ton coeur
Et faut touiller ça c'est sûr
Sinon ça devient de la confiture
La cancoillotte c'est tout un art
Il faut rien laisser au hasard

La cancan cancoillotte
C'est un mets bien franc-comtois
Tout en dansant la gavotte
On se beurre la gueule à l'arbois
La cancan cancoillotte
Ce n'est pas pour ces François
Tout en pelotant la Charlotte
On la mange avec les doigts

Si avec Charlotte tu vas plus loin
Mets de la cancoillotte sur le traversin
Je te jure mon pote ce truc c'est dingue
Ca t'fout le vertige pour le bastringue
Mais va pas le dire aux étrangers
Sinon ils viendraient nous la piquer
Alors fini la cancoillotte
On ne la trouverait que dans les sex-shops

La cancan cancoillotte
C'est un mets bien franc-comtois
Tout en dansant la gavotte
On se beurre la gueule à l'arbois
La cancan cancoillotte
Ce n'est pas pour les François
Tout en pelotant la Charlotte
On la mange avec les doigts
La cancan cancoillotte
Ce n'est pas pour ces François
Quand ils viennent avec leurs bottes
On leur dit nenni ma foi

dimanche 27 avril 2014

Georgette Plana - Là où y a des frites

Et hop! 
C'est dimanche soir, bal musette avec Georgette, on s'en met plein le cornet avec Bébert pour bien démarrer la semaine!!




Là où y a des frites

(L. Dommel et L. Daniderff, 1935)


Quand Bébert veut sortir sa Margot
Il va pas dans les chics caboulots
Où qu´on s´met tout autour du garrot
Une serviette
Il aime pas les couverts de métal
Les beaux verres taillés dans du cristal
Il vous dit : "Comme un roi
Moi j´ bouffe avec les doigts
Bien poissés à la graisse de chevaux de bois"

{Refrain}
Là où y a des frites
Au rythme d´un orchestre
Qui fait des pom-pom
On s´enfile des litres
Le gros bleu ça fait mieux
Passer les pom-pom
Avec Titine et Totor, Gueule-en-Or
Ma tantante et tonton, nous allons pom-pom
Là où là où là où là où
Là où y a des frites

Il connaît un p´tit coin près d´Saint-Cloud
Où l´patron vous pêche près d´un égout
Une friture de goujons pour cent sous
Qu´est pépère
Dans l´parfum d´une usine à trottins
On y sert d´la moule et du gros pain
Bébert vous le dira
Ah que c´est chouette tout ça
Bien servi sur un beau papier gras

{Au refrain}

Dire qu´y en a qui ont des maux d´estomac
Qui peuvent pas boire ceci, manger ça
Quand ils ont servi dessus un plat
Des bonnes choses
Ils font rire tous ces pleins du gousset
L´môme Bébert qui s´en met plein l´cornet
En disant : "Mes amis, mieux qu´une cure à Vichy
Allez donc pour avoir d´l´appétit"

{Au refrain}

dimanche 16 mars 2014

Propellerheads, "Crash!"



Et hop! Un pti Elvis Pressé pour cette soirée dominicale, ça ne se refuse pas!
Votre cuisine peut être source d'inspiration, et pas seulement pour des trouvailles gustatives alléchantes.
Ma râpe à fromage, perdue au fond de mon placard, finalement, je la sors de l'ombre et elle vous chante la Traviata!
Aller, trêve de fantasme, voici une bonne cure de vitamines et de sons ménagers pour fêter cette journée printanière (euh...estivale?!) 



mercredi 26 février 2014

Takao Sakai, la hipsternie nippone dans toute sa gloire et sa loufoquerie !


Takao Sakai est un artiste japonais qui a commencé son Azurer Project en 2007. 
Ledit projet consiste à détourner/dénoncer les codes absurdes d'une "mode" girouette où la dernière tendance serais de porter une fausse barbe en "vrai-faux" haricot azuki (!) ; les barbes sont en fait des haricots en argile collés à de fausses barbes en plastique achetées en magasin.

En gros, Mister Takao a créé des barbes ladygaguesque portées par ceux qu'il appelle Azurer et dont il poste les photos sur son blog (en indiquant le sexe et le métier de l'Azurer en question), donnant l'illusion d'un nouveau fashion style qui ne nous étonne qu'à moitié, habitués que nous sommes devenus aux extravagances stylistiques du pays de Miyazaki et de Julie.



Portrait of Azurer # 481

Portrait of Azurer # 1172

Portrait of Azurer # 1403

Portrait of Azurer # 1500

Street portrait of Azurer # 23

Street portrait of Azurer # 401

Street portrait of Azurer # 468


Ce projet est parti de son amour inconditionnel pour la pâte de haricot azuki dit anko, plus particulièrement les mizu yokan (pâte de haricot rouge gélifiée à l'agar-agar).

Takao va même jusqu'à écrire un historique complet de cette mode, en partant de la croyance populaire que les haricots azuki éloignent du mauvais œil et des démons, et que cela a donné un accessoire porté lors de célébrations à chaque saison, et finalement la barbe que nous connaissons aujourd'hui.

"La première fois que j'ai vu à quel point les gens étaient excités de pouvoir essayer les barbes d'azuki, je me suis dit qu'elles devraient être portées et appréciées plutôt que simplement exposées comme une partie de mon travail artistique. […] J'espère que tout le monde appréciera de faire partie de cette fausse histoire de tendance, et j'adorerais que cela prenne de l'ampleur et se transforme un beau jour véritablement en mode".


traduction libre de l'anglais - article original : http://takaosakai-works.blog.so-net.ne.jp/text-2012-asahi-weekly

dimanche 23 février 2014

La chan… oups pardon, Le Livre Culinaire du Dimanche arrive enfin en cette nouvelle année 2014 !



Alors pour aujourd'hui, nous avons La Colère des aubergines de Bulbul Sharma, un chouette recueil de nouvelles où les femmes -à travers leur cuisine ou leur desserts fétiches- nous racontent des histoires de tous les jours sur la vie, la relation de couple, le quotidien dans une Inde qui a parfois l'air de s'être arrêtée il y a 50 ans.


The Anger of Aubergines (La Colère des aubergines) - Bulbul Sharma, 1997


Bon, dit comme ça, ça a pas l'air hypra drôle mais les histoires sont vraiment fines et bien écrites, et puis chaque nouvelle est terminée par une ou deux recettes typiques, oui oui ma brave dame !

La preuve en image :



Arrêtons de vous faire saliver, voici les recettes d'une simplicité enfantine !


Avant-propos, 
Dida le dit avec des choux-fleurs - p7/p11

Comme son nom l'indique, avant-propos de l'auteur qui évoque des souvenirs de sa grand-mère Dida en train de cuisiner pour sa famille, dont sa recette favorite, le chou-fleur aux cinq épices :


Chou-fleur aux cinq épices

1 petit chou-fleur, coupé
2 pommes de terre moyenne, coupées en dés
1/2 c à c de mélange d'épices 
(graines d'anis, de cumin, de carvi, de moutarde et de fenugrec en proportions égales)
1 c à c d'huile
sel à volonté

"Faites chauffer l'huile dans un wok ou une poêle profonde. Ajoutez les cinq épices, jusqu'à ce qu'elles sifflent et éclatent. Jetez-y alors les pommes de terre et faites-les sauter légèrement. Ajoutez les morceaux de chou-fleur, salez, mélangez. Couvrez et laissez cuire à feu doux pendant cinq minute. Remuez souvent pour que tous les ingrédients soient cuits au même point. Ils doivent être tendres mais rester fermes. Servez chaud avec du riz ou des puri."


La Colère des aubergines - p75/p85
Mme Kumar est séparée de son mari depuis 7 ans mais chaque dimanche il vient chez-elle manger un repas qu'elle lui à préparé tout spécialement…

Comme c'est pas vraiment la saison des aubergines en France, voici une version avec de la courge à la place (et c'est quand même une tuerie !)


Curry d'aubergine de courge au yaourt

500 g d'aubergine longues ou rondes coupées en petits morceaux devenues 
500 g de courge (Picard, déjà en cube, nickel miguel)
1/2 c à c de poudre de coriandre
1/2 c à c de poudre de cumin
1/2 c à c de poudre de curcuma
1 tasse de yaourt battu 250 ml de (vrai) yaourt à la grec
1 c à s d'huile

"Faites chauffer l'huile, mettez-y à frire les épices en poudre pendant seulement quelques secondes avant d'ajouter les aubergines la courge en morceaux. Couvrez et remuez jusqu'à ce que les aubergines les morceaux de courge soient tendres (environ 10 minute, 20 min pour la courge). Vous pouvez rajouter un peu d'eau et remuer en cours de cuisson pour que les épices se mélangent bien. Retirez du feu et ajoutez le yaourt nature juste avant de servir. Se mange chaud ou froid avec riz, naan ou chapati."

Et puis en hommage à la dernière nouvelle, 

"Reshma s'arrêta brusquement et se mit à pleurer en silence. Amah ne savait que faire. Elle aurait voulu la toucher, lui tenir la main, mais elle n'osait pas. Alors elle prit un morceaux de gingembre frais et le coupa en menus morceaux pour préparer un thé. Elle ajouta de la cardamome pillée et un clou de girofle, du lait et quatre cuillerées de sucre, deux pour chacune. Reshma la regardait remuer lentement le liquide qui chauffait avec une longue cuillère. Peu à peu, tandis que le thé commençait à bouillir, ses larmes cessèrent. Affalée sur la chaise comme une poupée de chiffon, elle ramassait des miettes de laddu tombées sur son corsage. De dehors leur parvenaient des bruits de pétards et, de temps à autre, une étoile d'argent venait s'abîmer dans le jardin. Elle burent le thé au gingembre, tandis qu'Amah chantonnait sans souci de mélodie :

Rose comme un lotus, dodu comme la pleine lune,
Souris mon petit ange, Maman te prépare un bon lait d'amandes…"

voici la recette des laddu de Pankaj Sharma ici
et le résultat ci-dessous ; attention, c'est bien sucré ! 

Besan Ladoo